Helheim – Royaume des Morts Gouverné par la Déesse Hel

27 Fév, 2024Mythologie nordique

Helheim ou Hel (vieux norrois Helheimr) est le monde souterrain, le royaume des morts, gouverné par la déesse Hel. Région de repos de la majorité des morts, ce n’est pas un lieu de punition mais la résidence des défunts. Ceux qui sont morts de maladie ou de vieillesse ou qui sont considérés comme des lâches ou déshonorants, par les dieux et les déesses, étaient envoyés à Helheim.

Les âmes de ceux qui se sont noyés appartiennent à la déesse Rán, épouse du dieu de la mer Aegir, tandis que celles tombées pendant la bataille vont au Valhalla d’Odin ou au Fólkvangr de Freyja. Tous les autres vikings rejoignent le royaume de Helheim.

Étymologie de Helheim

Le nom des enfers est directement tiré du mot vieux norrois « Hel » – qui signifie « Caché« . Cela pourrait être une référence à l’emplacement souterrain et éloigné de Helheim.

Le terme « enfer » partage des racines linguistiques à travers toutes les branches des langues germaniques, manifeste dans une variété de formes telles que l’anglais moderne « hell« , le vieil anglais « hell« , le vieux frison « helle« , le vieux saxon « hella« , le vieux haut allemand « hella« , et le gothique « halja« . Toutes ces variantes émergent du nom féminin proto-germanique xaljō, qui se traduit par « lieu caché« . Cette origine commune souligne la conception universelle d’un espace occulte ou souterrain associé à l’au-delà dans la tradition germanique.

Déesse Hel et Royaume de Helheim

Entrez dans le royaume obscur de Helheim, gouverné par la demi-déesse Hel et gardé par le féroce Garm. Un lieu où les morts trouvent un repos éternel loin des gloires du Valhalla.

Helheim, le royaume des morts

Helheim, en tant que monde souterrain, est situé dans les profondeurs de la terre. Le royaume des morts se trouve sous les racines de l’Arbre-Monde Yggdrasil, dans une région froide et sombre, loin de la lumière du soleil. Bien que Helheim ne soit pas un lieu de punition d’aucune sorte, il est globalement loin d’être un royaume agréable. Ce monde est humide, sombre, froid, morne et brumeux.

Helheim, le royaume des morts

Dans l’Edda en prose de Snorri Sturluson, notamment dans « Gylfaginning« , Helheim et sa reine, Hel, sont décrits avec plus de détails. Des prophéties annonçaient que les enfants de Loki causeraient malheur à Asgard. En réponse, Odin décida d’agir. Il envoya chaque enfant dans un lieu isolé, pensant ainsi prévenir tout dommage. Hel, la fille de Loki, fut envoyée régner sur le monde des morts, Helheim.

Helheim est représenté comme un lieu froid et sombre, opposé aux splendeurs guerrières de Valhalla. Ceux qui meurent de causes naturelles, comme la maladie ou la vieillesse, y trouvent leur dernière demeure.

Hel, la reine du monde des morts

Hel est la reine de Helheim, le royaume des défunts, qui était souvent appelé de la même manière qu’elle – Hel. Bien que souvent considérée comme une déesse, Hel est plutôt une demi-déesse et une jötunn (géante) – une entité de Jötunheim, le royaume des géants. En effet, Hel est la fille du dieu Loki et de la géante Angrboda. Ainsi que la sœur du Serpent-Monde Jörmungand et du loup géant Fenrir.

Hel, reine du monde des morts

Hel, en tant que souveraine du royaume des morts, accueille les âmes des défunts. Elle est souvent décrite comme ayant un aspect à la fois terrifiant et respectueux, reflétant la dualité de la mort elle-même. Sous sa gouvernance, les morts vivent une existence qui reflète leur vie sur terre, mais dans un état d’ombre et sans la chaleur de la vie.

L’érudit islandais Snorri Sturluson décrit son apparence comme étant à moitié une belle femme et à moitié un cadavre en décomposition. Cette représentation symbolique souligne le contraste entre la vie et la mort, reflétant le rôle de Hel en tant que gardienne des âmes qui n’ont pas trouvé place à Valhalla ou à Fólkvangr.

La décision d’Odin de placer Hel à la tête de Helheim découle de son désir de garder un équilibre entre les mondes et de prévenir les malheurs que ses enfants pourraient causer aux dieux et au cosmos. Cela met en évidence la complexité des relations entre les dieux et les figures de la mythologie nordique, où même les figures considérées comme maléfiques ou menaçantes jouent un rôle essentiel dans l’ordre du monde.

Garm, le gardien des portes de Hel

Garm est souvent décrit comme le féroce gardien des portes de Hel, le royaume des morts. Ce chien monstrueux, dont l’apparence terrifiante est évoquée dans plusieurs récits mythologiques, est chargé de veiller sur l’entrée de ce monde sombre. Niché dans la grotte Gnipahellir, il empêche les morts de quitter leur dernier repos et les vivants d’y pénétrer sans permission.

Garm, le gardien des portes de Hel

La légende veut que Garm soit enchaîné jusqu’au Ragnarök, où il se libérera pour rejoindre la bataille finale. Durant la fin du monde mythologique nordique, Garm et le dieu Týr se livreront à un combat mortel, où chacun causera la mort de l’autre. La présence de Garm dans la mythologie nordique souligne le thème de la garde et de la protection des frontières entre les mondes.

Le domaine de la déesse Hel

Sturluson décrit une salle sombre à Helheim appelée Éljúðnir « misère« , où la reine des morts mange dans un plat appelé « faim » avec un couteau appelé « famine« . Avec ces descriptions, il indique qu’aucune quantité de nourriture ne peut remplir l’estomac vide des morts. Il appelle son lit « maladie« , suggérant qu’il n’y a pas suffisamment de sommeil pour soulager la fatigue des morts.

Il la jeta à Niflheim et lui donna le pouvoir sur neuf mondes, pour répartir toutes les demeures entre ceux qui lui étaient envoyés, c’est-à-dire les hommes morts de maladie ou de vieillesse. Elle y possède de grands biens ; ses murs sont très hauts et ses portes grandes.

Sa salle s’appelle Neige froide ; son plat, faim ; la famine est son couteau ; roue libre, son esclave ; souillon, sa servante ; fosse de trébuchement, son seuil par lequel on entre ; la maladie, son lit ; balle brillante, ses tentures de lit. Elle est à moitié bleu-noir et à moitié couleur chair (ce qui lui permet d’être facilement reconnaissable), et très basse et féroce.

La route vers Hel

L’accès à Helheim, le royaume des morts, se faisait via un parcours connu sous le nom de Helvegr, ou « la route de Hel ». Des sources en vieux norrois décrivent d’une manière détaillée le chemin qu’il fallait emprunter pour atteindre le monde des morts :

  • Départ du monde des vivants : L’âme quitte le monde des vivants, entamant son périple vers Helheim. Ce départ est souvent marqué par des rites funéraires destinés à préparer l’âme vers son voyage.
  • Traversée de la rivière Gjöll : La première épreuve est la traversée de la rivière Gjöll, qui marque la frontière entre le monde des vivants et celui des morts. La rivière est décrite comme étant remplie d’épées et de lances.
  • Le pont Gjallarbrú : Pour franchir la rivière Gjöll, l’âme doit traverser le pont Gjallarbrú, gardé par la géante Modgud. Ce pont est décrit comme étant fragile, mais c’est le seul chemin pour atteindre Helheim. La rencontre avec Modgud sert de jugement initial, où l’âme peut être interrogée sur son identité et ses actions passées.
  • Passage à travers les portes de Hel : Ensuite, l’âme arrive aux portes de Hel. Ces portes, ou le mur qui entoure Helheim, sont parfois décrits comme Helgrindr « la clôture de Hel » ou Valgrindr « la clôture des morts« . L’entrée est gardée par le chien Garm, enchaîné dans Gnipahellir, une grotte à l’entrée du monde des morts. Ce concept est similaire à la façon dont, dans la mythologie grecque, Cerbère – le chien de garde à trois têtes – garde l’entrée des enfers d’Hadès.
  • Arrivée à Helheim : Une fois à l’intérieur, l’âme atteint finalement Helheim, le royaume sombre et mélancolique gouverné par Hel.

La route de Hel est donc à la fois un voyage physique et spirituel, marqué par des obstacles et des épreuves qui reflètent les croyances et les valeurs des vikings.

Mythe de la mort de Baldur

Baldur (ou Balder), le dieu de la lumière, aimé de tous, commence à faire des rêves annonçant sa propre mort. Alarmé, Odin se rend à Helheim pour enquêter. Là, il interroge la Völva, une prophétesse qui lui confirme que Baldur est en danger, sans plus de précision.

Pour protéger Baldur, sa mère, Frigg, extrait des promesses de toutes les choses de la terre de ne pas blesser Baldur. Elle néglige cependant le gui, le jugeant trop jeune et inoffensif pour prêter serment. Loki, le dieu de la malice, découvre cette faille. Il façonne une flèche (ou une lance) en gui et trompe le dieu aveugle Höd pour qu’il la lance sur Balder. La flèche frappe le dieu, le tuant sur le coup.

Frigg dévastées par la mort de son fils, cherche quelqu’un parmi les dieux prêts à se rendre à Helheim pour négocier la libération de Baldur. Hermód, frère de Balder, se porte volontaire. Il monte Sleipnir, le cheval à huit jambes d’Odin, et se dirige vers le royaume souterrain. Après avoir traversé le pont Gjallarbrú, qui enjambe la rivière Gjöll, Hermód arrive finalement à Helheim. Là, il trouve Baldur assis à la place d’honneur à côté de Hel.

Hermód à Helheim

Hermód plaide la cause de Baldur auprès de Hel, lui demandant le retour de son frère parmi les vivants. Hel accepte à une condition : Baldur sera autorisé à retourner parmi les vivants si toutes les choses du monde, vivantes et mortes, pleurent pour lui.

Les dieux s’empressèrent de propager le message au travers des neuf mondes. Tous pleurent Balder, sauf une géante, Þökk (soupçonnée d’être Loki déguisé), qui refuse de pleurer. Ainsi, la condition n’est pas remplie, et Baldur reste dans le royaume de Helheim jusqu’au Ragnarök.

Différence entre Helheim et l’Enfer

Le royaume nordique des morts et la conception chrétienne de l’Enfer partagent peu de similitudes. En effet, hormis le fait que Helheim et l’Enfer sont tous deux le royaume des morts et sont situés sous terre, ces concepts ont peu de points communs.

Dans la croyance nordique, le lieu d’après-vie d’une personne n’était pas déterminé par son comportement moral ou ses péchés. Les textes vieux norrois n’établissent pas clairement comment les âmes étaient dirigées vers leur royaume final après la mort.

Dans l’au-delà de Hel, les défunts poursuivaient une existence normale, similaire à celle qu’ils menaient de leur vivant. Effectivement, ils pratiquaient des activités quotidiennes telles que manger, boire, dormir et combattre. Cette continuité de la vie se déroulait simplement dans un autre royaume, plus sombre et lugubre.

Différence entre Helheim et Niflheim

Certaines sources suggèrent que l’emplacement de Helheim se trouve dans le royaume de Niflheim. Mais cette affirmation semble être un ajout ultérieur après l’influence du christianisme. Avec Muspelheim, Niflheim est le plus ancien des neuf royaumes. Terre primordiale de glace, de brume et de neige, où toute vie a commencé lors de la création du monde.

Sturluson a assimilé Niflheim à Niflhel, qui signifie « royaume sombre de Hel ». Cela l’a conduit à croire que le royaume de Hel était situé au sein de Niflheim. Si Niflhel existait dans la cosmologie nordique avant l’influence chrétienne, comme cela semble être le cas, aucune référence à Niflheim n’y était associée. Néanmoins, si les dires de Sturluson sont exacts, Helheim pourrait se situer au sud ou au-dessous de Niflheim.

Toutefois, la nature même de Niflheim, un royaume froid, semble être déconnectée de l’association avec les morts. Ce royaume brumeux et glacé, est habité par personne, pas même par les géants des glaces. Il est mentionné dans des sources ultérieures qu’Odin a exilé Hel à Niflheim, en lui octroyant la souveraineté sur les morts, suggérant qu’elle a traversé Niflheim pour atteindre et régner sur Niflhel.

Hel durant le Ragnarök

Lorsque survient le crépuscule des dieux et la dévastation de tout ce qui existait, Hel joue un rôle important. Son implication et celle de Helheim dans le Ragnarök est partagée par la völva de Völuspá. Extrait de l’Edda poétique, strophes Völuspá 38, 39 et 51.

Une völva dit à Odin que Hel ouvrirait ses portes et lâcherait les morts sur le monde des vivants. Ces âmes défuntes formeront une immense armée qui prendra place à bord du Naglfar, un navire sinistre façonné à partir des ongles des morts. Hel et son armée mettront ensuite les voiles vers la vaste plaine de Vígríd. C’est ici que se déroulera la bataille finale du Ragnarök.

Naglfar, le navire des morts

  1. Une salle que j’ai vue, | loin du soleil,
    Sur Nastrond il se tient, | et les portes font face au nord,
    Venom tombe | à travers le conduit de fumée vers le bas,
    Pour autour des murs | font le vent des serpents.
  1. J’y ai vu patauger | à travers des rivières sauvages
    Hommes traîtres | et les meurtriers aussi,
    Et les ouvriers du mal | avec les femmes des hommes;
    Là, Nithhogg a sucé | le sang des tués,
    et le loup déchira les hommes ; | en sauriez-vous encore plus ?
  1. O’er la mer du nord | là navigue un navire
    Avec les habitants de Hel, | à la barre se trouve Loki ;
    Après le loup | les hommes sauvages les suivent,
    Et avec eux le frère | de Byleist s’en va.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces produits pourrait vous intéresser

Bague viking déesse Hel

Bague Viking Déesse Hel

Découvrir

Christophe de beziers vient d'acheter :

👉 Fibule Viking Gunnar Hamundarson

Remy de EMBRUN vient d'acheter :

👉 Bague Noeuds Celtiques Triquetra

Christophe de beziers vient d'acheter :

👉 Bague Viking Loup Fenrir

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique