Baldur – Dieu de la Lumière dans la Mythologie Nordique

4 Jan, 2024Mythologie nordique

Baldur, dieu de la lumière dans la mythologie nordique, dont l’histoire est empreinte de tragédie, de trahison, et finalement, d’espoir. Reconnu pour sa beauté et sa pureté, il incarne la lumière et le bonheur. Découvrez l’histoire de Baldur, explorant sa vie, sa mort tragique, et son rôle clé dans les prophéties du Ragnarök.

Qui est le dieu Baldur ?

Baldur, aussi connu sous le nom de Baldr, Balder, ou encore Bældæġ, appartient au groupe des Ases. Il est le fils d’Odin, le dieu principal du panthéon nordique, et de Frigg, la déesse de l’amour et du mariage. Son épouse est Nanna avec qui il a eu un fils, Forseti.

De nature douce et pacifique, Baldur se différencie nettement de certains de ses frères plus belliqueux, comme Thor et Vidar. Reconnu comme le dieu de la lumière, de la beauté, de l’amour et du bonheur, il se distingue par sa splendeur, irradiant lumière et pureté. Sa bonté et son esprit pacifique lui valent une profonde admiration de la part des autres dieux.

Au cœur de son mythe, la prophétie de sa mort joue un rôle crucial. Ses rêves prémonitoires et les tentatives désespérées de sa mère pour le protéger conduisent à un tournant tragique. En effet, sa mort, orchestrée par Loki, s’avère être le catalyseur du Ragnarök.

Suite à sa disparition, Baldur est envoyé à Helheim, le royaume des morts. Toutefois, il est prophétisé qu’il reviendra après le Ragnarök, participant activement à la reconstruction d’un nouveau monde. Par conséquent, Baldur représente une figure clé de la mythologie nordique, symbolisant la pureté et la lumière, tout en incarnant l’espoir du renouveau.

Légendes autour de Baldur, le dieu de la lumière

L’histoire de l’invulnérabilité de Baldur, dans la mythologie nordique, débute avec des rêves prémonitoires de sa mort. Les efforts de ses parents pour le protéger déclenchent une tragédie qui résonne à travers les neuf mondes.

L’invulnérabilité de Baldur

Tout commence lorsque Baldur se mit à faire des rêves sinistres sur sa propre mort. Odin, perturbé par ces révélations, entreprend un voyage dans les profondeurs du Niflheim pour consulter l’esprit d’une prophétesse défunte. Le poème eddique « Baldrs draumar » détaille cette quête, révélant ainsi le funeste destin qui attend Baldur.

Frigg, bouleversée par la perspective de perdre son fils bien-aimé, entame alors des démarches pour le protéger. Elle obtint le serment de tous les éléments, des minéraux aux animaux, en passant par les végétaux, de ne jamais faire de mal à Baldur. Seul le gui fut exclu de ce pacte, jugé trop flexible et inoffensif pour représenter une quelconque menace.

Ainsi, Baldur est vu comme invulnérable, ce qui fascine grandement les Ases. Ils s’amusent à lui lancer divers projectiles et à le frapper avec différents objets, sans jamais pouvoir lui infliger la moindre blessure.

Toutefois, l’invincibilité de Baldur, à première vue infaillible, dissimule en réalité les prémices d’une tragédie. L’oubli du gui, dans les vœux de protection de Frigg, se révèle être une négligence aux conséquences désastreuses, tissant ainsi la toile d’un destin tragique et inéluctable pour le dieu bien-aimé.

La mort de Baldur

La mort de Baldur, marquée par la ruse et la trahison, est l’un des épisodes les plus tragiques de la mythologie nordique. Loki, ressentant de l’amertume envers le dieu de la lumière, prend l’apparence d’une vieille femme pour obtenir de Frigg l’aveu qu’elle n’avait pas inclus le gui dans ses serments de protection.

Cette plante, jugée trop frêle, devient l’instrument de la malice de Loki. Il façonne un bâton de gui et le remet à Höd, le dieu aveugle, le guidant pour le lancer vers Baldur. La lance de gui transperce Baldur, qui meurt sur le coup des blessures infligées par son frère.

Le choc et la douleur parmi les Ases est immense. Normalement inébranlables, les dieux sont submergés par une tristesse profonde et un sentiment d’injustice.

Cette souffrance est le reflet d’une fracture au cœur même du cosmos. En effet, Baldur n’était pas une divinité ordinaire ; il était l’un des piliers de l’équilibre cosmique. Son trépas représente un présage sinistre pour l’avenir du monde et un signe avant-coureur du Ragnarök, la fin du monde.

Négociation du retour de Baldur

Suite à la perte de son frère, Hermod, se porte volontaire pour se rendre dans le royaume de Helheim afin de négocier le retour de Baldur. Hermod entreprend un voyage périlleux, montant Sleipnir pendant neuf nuits jusqu’à atteindre la rivière Gjöll, dont le pont, tout en or, est gardé par la vierge Modgud. Interrogé sur son identité et ses motivations, Hermod explique à Modgud qu’il est venu retrouver Baldur.

Poursuivant son périple vers Helheim, Hermod franchit les portes du royaume des morts et y trouve Baldur occupant une place d’honneur. Le jour suivant, il implore Hel de laisser son frère retourner auprès des siens. Hel accepte sous une condition : tout le monde, vivant ou non, doit pleurer Baldur. Ainsi, si un seul refuse, il restera en Helheim pour l’éternité.

Les Ases, dans leur quête de rassembler les larmes universelles, envoient des messages partout dans l’univers. Chaque entité pleure pour Baldur, à l’exception d’une géante nommée Thokk, suspectée d’être Loki déguisé. À cause de ce refus, Baldur est condamné à rester à Helheim jusqu’au Ragnarök.

Les prémices du Ragnarök

Dans ces récits anciens, la fin de Baldur, le dieu de la lumière, la beauté, la jeunesse et l’amour, est souvent perçue comme le catalyseur de la série d’événements qui mènent à la fin du monde. En conséquence, la disparition de Baldur provoque des ondes de choc à travers les neuf mondes. Étant un symbole d’harmonie et de bienveillance, sa perte signifie la fin de l’équilibre dans le cosmos.

Par ailleurs, cet événement marque un tournant dans la mythologie nordique, un point de non-retour où le destin des dieux et de l’univers a été irrévocablement orienté vers un chemin de destruction puis de renouveau.

De plus, le Ragnarök est souvent décrit comme une série de catastrophes naturelles, suivies d’une grande bataille. Cette période voit la chute de nombreux dieux nordiques, y compris Odin, Thor et même Loki. Par ailleurs, ce cataclysme se caractérise par la libération de forces chaotiques et destructrices, symbolisant ainsi la désintégration de l’ordre établi et la fin de l’ère des dieux.

Ainsi, la mort de Baldur n’est pas un événement isolé de la mythologie nordique. Elle représente en réalité une rupture profonde, le début de la fin, annonçant une ère de bouleversements et de changements majeurs. Dans ce contexte, Baldur n’est pas seulement pleuré comme un dieu bien-aimé. Il était aussi vu comme le dernier rempart contre les forces destructrices du Ragnarök.

Ragnarök et la renaissance du Monde

Après le cataclysme du Ragnarök, lorsque le monde renaîtra de ses cendres, Baldur émergera de Helheim. Selon la Völuspa, un texte ancien de la mythologie nordique, Baldur reviendra accompagné de son frère Höd. Dans ce monde renouvelé, l’herbe reverdira, symbolisant un nouveau départ et une régénération de la vie.

Ce renouveau sera également marqué par le rassemblement des fils et des filles des dieux survivants autour de Baldur, près de d’Yggdrasil, l’arbre cosmique. Cette image représente la résilience et la continuité de la vie, même après des événements aussi destructeurs que le Ragnarök. Baldur, ayant été l’un des symboles les plus lumineux et purs de l’ancien monde, deviendra une figure centrale dans ce nouvel âge, symbolisant l’espoir et la renaissance après une période de destruction et de chaos.

La mythologie nordique, dans sa narration du cycle de mort et de renaissance, souligne ainsi l’idée de continuité et de renouvellement éternel. Baldur, revenant de Helheim, incarne non seulement la résurrection mais aussi la promesse d’un avenir meilleur. Cela symbolise un monde où les erreurs et les tragédies du passé peuvent être surmontées et où un nouvel équilibre peut être trouvé.

Relation entre Loki et Baldur

La relation entre Loki et Baldur est une représentation de la complexité des relations divines. D’un côté, il y a Baldur, vénéré pour sa lumière et sa pureté. De l’autre, Loki, avec son esprit rusé et malicieux, qui incarne l’imprévisibilité et le changement. Cette dualité met en lumière la coexistence de forces opposées dans l’univers de la mythologique nordique.

Baldur apporte équilibre et sérénité au panthéon nordique. Sa présence est synonyme de paix et de bienveillance, ce qui le rend essentiel au maintien de l’ordre cosmique. En revanche, Loki, avec sa nature changeante, défie souvent cet équilibre, apportant avec lui le désordre et l’incertitude.

Cette dualité suggère que ni l’ordre absolu ni le chaos total ne sont souhaitables. Mais qu’un équilibre entre les deux est essentiel pour l’équilibre naturel de l’univers.

Toutefois, les motivations de Loki à causer la mort de Baldur ne soient pas essentiellement liées à leurs différences. En effet, la jalousie de Loki pour l’attention accordée à Baldur et son sentiment d’être exclu ou méprisé par les autres dieux ont certainement joué un rôle déterminant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces produits pourrait vous intéresser

Sweat à capuches, hoodie viking la Protection d'Odin, cadeau homme, ados pour les fêtes

Sweat à Capuche Viking la Protection d’Odin

DécouvrirAmulette collier viking royal loup Fenrir

Amulette Viking Royal Loup

Découvrir

Christelle de Cunlhat vient d'acheter :

👉 Bague Viking Griffes du Loup Fenrir

David de COISE vient d'acheter :

👉 Boucles d'Oreilles Entrelacs Lagertha

michèle de LURE vient d'acheter :

👉 Alliance Viking Pouvoir des Runes

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique